© 2016 - 2019 Isabelle Piron.    Conditions d'utilisation   .   Mentions légales

  • Facebook Clean

Mes pratiques artistiques

« Ainsi un bout de fil peut-il me déclencher un monde.

Je travaille comme un jardinier ou comme un vigneron. Les choses viennent lentement »

Joan Miro.

J’utilise le tissu comme matière de base pour ma création artistique ; je me suis vite rendu compte que le tissu offrait de multiples possibilités. J’ai créé en automne 2015 pour préparer l’exposition sur le thème du Noir & Blanc.

J’avais sélectionné des tissus, des matières, une création par jour pendant 22 jours.

L’imagination stimulée se dévoile. Je suis surprise par le résultat : La pensée créatrice se concrétise chaque jour et je découvre que la couture à la machine à coudre donne une énergie, un mouvement, un rythme, une cadence, du point droit au point zigzag, au point aléatoire, au point dirigé, la création prend forme avec force, donnant une âme et un caractère à l’œuvre.

Il m’arrive aussi de coudre à la main des détails ou d’ajouter des perles et autres objets choisis.

Je couds le papier, les photos et les tissus ensemble. « Enfin libre ! ».

L’instinct est le produit de l’acquis.

Je commence par choisir des matières que je place sur un fond choisi, je travaille comme un peintre, comme un collagiste, parfois je cherche dans les chutes, parfois je découpe des morceaux sélectionnés, de la dentelle bien précise, ou de la broderie.

J’aime les tissus car ils racontent l’histoire de la fabrication, l’époque, la tradition et l’utilisation. Je crée avec de la récupération, je chine beaucoup, on me donne aussi des tissus que les personnes ont glanés au cours de leur voyage (comme le batik).

L’assemblage des couleurs, des formes, des rayures, des motifs, le choix des fils, développe et stimule mon imagination.

Cette palette créative est une source intarissable.

 

Autres pratiques artistiques : Des mots cousus

Du textile au texte, au fil qui tisse la toile, tisse des liens, de fil en aiguille, le fil de l’écriture.

Le papier fut inventé à partir de chiffons et de fibres végétales. Le mot « texte » est issu du latin textus qui signifie tissu.

Ces liens originels entre l’écriture et l’étoffe, à la fois dans la matière et l’étymologie, rappellent que l’univers du livre porte l’empreinte du textile.

 

Du texte au textile

Cet hérisson de laine a échoué sur la toile de fils, empêtré dans le rideau, il surplombe telle une ÎLE entourée d’eau.

Je vais lui coudre des ELLES, car «IL» ne peut vivre sans «Elles», ni sans ailes.

 

Journal décousu du mercredi 13 Avril 2016 .

Il y a des femmes, certaines sont guitares, si tu sais voir et entendre les sons, ces notes de Noir & de Blanc, des métissées, des blanches et des noires, des femmes corsées, étouffées, ligaturées, écorchées, des femmes tambours, car si tu sais voir au delà, tu sauras percevoir la femme qui malgré tout reste libre et indépendante.

C’est le fil de la peau.

 

Journal décousu avril 2016.